L'État est un monstre à deux mains. La main douce qui aide, qui subventionne, et la main dure qui taxe et qui impose. Comme l'a expliqué Bastiat, la main douce ne peut pas donner plus que ne prend la main dure. Et comme il l'a très justement fait remarquer, la main douce distribue en réalité bien moins que ce que ne prend la main dure, du fait de tout ce qui est dépensé dans les rouages de l'administration étatique.

Nous vivons une période faste depuis trente ans durant laquelle l'État avait une troisième main : celle qui empruntait ! C'était bien pratique, grâce à cette troisième main, la main douce pouvait distribuer bien plus que ce qui aurait été possible avec ce que prenait la main dure.

Malheureusement, plus personne ne veut prêter d'argent à cette troisième main. Les prêteurs ont peur, non seulement de ne plus toucher leurs intérêts, mais ils ont aussi peur de ne plus être remboursés de l'argent prêté à l'État.

Nous nous retrouvons donc dans la situation originale qu'avait si bien décrit Bastiat. L'État n'a plus que ses deux main. Malheureusement, nous nous sommes habitués à cette main douce qui prodigue bien plus de largesses que ce qui aurait été permis avec la seule main dure. Et la main dure est déjà si dure avec nous ...