Il n'est pas possible d'être libéral en France. Tout du moins il n'est pas possible de survivre politiquement en France en s'affichant libéral.

C'est Marine Le Pen qui l'a bien compris. Son père, Jean-Marie, affichait à ses début un programme économique finalement assez libéral. Malgré son coup de maître inutile de 2002, il n'a jamais attiré autant d'électeurs que sa fille. Elle a su comprendre cet état d'esprit français d'aujourd'hui : pour exister politiquement en France aujourd'hui il faut fustiger le libéralisme et le capitalisme.

La raison est simple, après des années ou plutôt des décennies de contrôle de l'Éducation Nationale par les franges gauchistes extrêmes des syndicats d'enseignants, complété par la pensée unique journalistique tournée toute à gauche elle aussi, que ce soit TV, radio, ou journaux, les esprits en France sont conditionnés. Le libéralisme c'est le mal. Le capitalisme c'est le mal absolu.