karizoc

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 mars 2012

Les devoirs à la maison diminuent les inégalités.

La FCPE nous ressort en ce moment cette vieille histoire de devoirs à la maison.

Commençons tout de suite par cet argument idiot de « sous-traitance pédagogique » aux familles. Les familles se rendent-elles compte de la sous-traitance éducative qu'elles laissent aux enseignants ? Ce n'est pas aux enseignants d'apprendre aux enfants à dire boujour, merci, au revoir. Ce n'est pas aux enseignants d'apprendre aux enfants à se tenir correctement, à respecter les autres. Toute cette éducation devrait être faite par les familles. Et je pense que les enseignants seraient prêts à échanger devoirs contre éducation.

Ce qui m'ennuie au plus haut point, c'est le tout début : Nous dénonçons depuis longtemps la persistance des devoirs à la maison ... qui ne font qu’accentuer les inégalités entre les enfants selon qu’ils peuvent ou non bénéficier d’aide à la maison. De but en blanc comme ça, sans aucune réflexion, sans aucun argument, la FCPE assène que les devoir accentuent les inégalités. Ah bon ?

Je suis persuadé du contraire. Et je m'explique. Dans une famille favorisée, les parents pourront apporter l'aide dont les enfants pourraient avoir besoin. (C'est ce point précis qui fait dire à la FCPE que les devoirs accentuent les inégalités.) Mais cette famille favorisée connaît aussi la valeur de l'éducation, de l'instruction. Dans le cas où il n'y aurait pas de devoirs à la maison, les parents se feraient fort d'apporter à leurs enfants une nourriture intellectuelle apte à les stimuler et à les satisfaire. Les devoirs peuvent être un agréable moment de convivialité et de complicité à partager au sein de la famille. Mais même sans devoirs, les enfants seraient sollicités, sans forcément ce cadre formel des devoirs, pour apprendre.

À l'opposé dans une famille où les parents sont peu enclins à l'instruction, les devoirs sont vus comme une corvée. En effet, les parents ont peut-être eux-même un mauvais vécu ou une mauvaise image de l'école (qu'ils instillent insidieusement -ou pas- à leurs enfants). Et que se passerait-il s'il n'y avait pas de devoirs à la maison ? Dans cette famille défavorisée, aucun devoir à la maison signifie simplement aucune nouvelle sollicitation intellectuelle hors de l'école. Les enfants pourraient s'occuper à regarder la télé, ou s'amuser avec des jeux vidéo. Les devoirs sont cette seule chance qu'ils ont de pouvoir répéter les apprentissages de l'école. Ces répétitions sont absolument nécessaires pour les apprentissages.

Sans les devoirs, les enfants des familles défavorisées subiraient encore plus les inégalités.

mercredi 16 mars 2011

Jusqu'au bout avec la Halde

Jusqu'au bout de l'égalitarisme. La Halde a franchi un nouveau pallier de bêtise hier. La FCPE veut en effet saisir la Halde pour "discrimination territoriale". La FCPE estime en effet les enseignants en absence courte sont moins bien remplacés à Épinay-sur-Seine qu'ailleurs en France. Il fallait donc sévir. C'est chose faite avec cette demande auprès le la Halde pour "discrimination territoriale".

Mais cette dénomination me laisse imaginer bien d'autres cas où elle pourrait s'appliquer. J'ai la chance d'habiter une région montagneuse. Ainsi, quand après plusieurs jours d'hiver durant lesquels un stratus persistant plonge la région dans la grisaille, en voiture, direction le col voisin pour prendre un peu de soleil. Mais comment font les habitants du nord de la France ? Les terrils ne sont pas assez hauts. Ils devraient donc saisir la Halde afin que l'État leur construise des montagnes, et des routes pour pouvoir aller prendre le soleil en hiver.

Mais en sens inverse, je suis assez loin de la mer et de l'océan. Je vais donc saisir la Halde afin que soit mise en place une subvention, basée sur la distance à la mer, destinée à aider les personnes habitant loin d'une étendue d'eau salée. Cette subvention est destinée à aller faire le plein d'iode en famille.

http://www.france-info.com/france-education-2011-03-15-enseignants-non-remplaces-en-seine-saint-denis-la-halde-saisie-521917-9-43.html